Comment choisir un chien de guide ?

Pour qu’un chien soit en mesure de guide un aveugle et de l’aider dans on quotidien, il doit être bien éduqué et confronté à plusieurs tests, le chien-guide doit répondre aux commandes (obéissance de base et des tâches qualifiées).Il doit aussi s’adapter à l’environnement ou il va se retrouver (appartement, maison…)

Le chien-guide doit démontrer les compétences de base d’obéissance en répondant à la voix et des signaux / ou la main pour se reposer, rester en place, couché, marché dans une position contrôlée près de son maitre  et à venir à son maitre lorsqu’il est appelé.
Le chien-guide doit satisfaire à toutes les normes énoncées dans les normes minimales. Les chiens doivent bien se comporter dans l’environnement  ou ils se retrouveront. Lors de sa formation, il doit négocier des obstacles, des surplombs, des barrières, des passages dans  la rue, la ville, le travail et le transport en commun.

Le Maitre doit être formé  sur pas mal d’instructions  pour être en mesure de respecter les normes minimales pour les chiens-guides. Les aveugles  doivent être en mesure de démontrer:

  • Qu’ils sont capables de se déplacer.
  • Une connaissance des techniques de formation acceptables.
  • Une compréhension des soins et de la santé canine.
  • La capacité de continuer à former, résoudre des problèmes, et ajouter de nouvelles compétences avec son chien-guide.
  • Une  connaissance des lois d’accès local et le comportement du public approprié

Le programme de chien d’assistance doit être suivi suivis avec les clients pour les 6 premiers mois suivant le placement. Le contact personnel se fera par le personnel ou un groupe des bénévoles qualifiés dans les 12 mois d’études et chaque année par la suite.
Le programme fournira une carte d’identité stratifiée avec une photo du client et le chien et les noms des deux. En public, le chien-guide va porter le harnais de guidage approprié du programme.
Le personnel du programme doit démontrer la connaissance de la cécité et de travailler avec les malvoyants et / ou clients aveugles. Le programme met à la disposition du personnel et des bénévoles du matériel éducatif sur les différents handicaps.

Il est de la responsabilité du programme pour informer le client de toute exigence particulière en matière de santé ou de soins d’entretien pour chaque chien.

 Le choix du bon chien guide

Bien que l’on puisse considérer le Berger Allemand — en raison de ses qualités comme l’un des meilleurs chiens-guides, indéniables : intelligence, fidélité, docilité ; c’est plus aux qualités individuelles de l’animal qu’à celles, générales, de la race qu’il faut s’attacher.

Quelles sont donc ces qualités ? Elles sont physiques et morales.

Physiquement, le chien doit être d’assez grande taille, de 0,50 à 0,60 m du garrot au sol, voire un peu plus. Une bonne conformation est indispensable, ainsi qu’une certaine force, car le chien doit marcher beaucoup : comparé aux canons de la race, il n’est pas nécessaire que le futur chien-guide soit un modèle de beauté, mais chacun sait qu’un maître aime toujours avoir un beau chien, surtout si celui-ci est un compagnon qui ne le quitte jamais. C’est là un aspect peut-être secondaire, mais non négligeable.

Quant aux qualités morales, on demande avant tout au chien-guide de ne pas être joueur, mais posé, obéissant et très discipliné. Les chiens craintifs, peureux, méfiants, nerveux, trop affectueux ou, au contraire, agressifs et méchants, sont à éliminer. Ce que l’on recherche chez ces chiens, c’est l’attention et aussi l’observation.

Les chiens-guides sont mis au dressage vers l’âge de douze à quatorze mois. Ils ont à ce moment-là une maturité suffisante et ils sont en grande partie à l’abri des affections du jeune âge.